Avignon protège, restaure et met en valeur son patrimoine

Moyen Age Roman

LES VILLES MEDIEVALES

Ce titre énigmatique recouvre une réalité que les visiteurs, et même certains avignonnais, ne perçoivent qu’avec difficulté : il existe au moins deux principales phases d’occupation d’Avignon durant le Moyen Age. Si la ville pontificale est spectaculairement conservée (XIVe siècle), l’agglomération romane (XII-XIIIe siècles) est plus difficile à appréhender.

La Ville Romane

La renaissance urbaine d’Avignon à partir du XIIe siècle a pourtant laissé une empreinte marquée dans la topographie actuelle. La cité est pourvue d’un vaste réseau de fortifications, comprenant une double enceinte et deux fossés. Le tracé de ces remparts se lit encore dans le tracé courbe qu’empruntent les Rues J. Vernet, H. Fabre, des Lices et Philonarde. Les fossés aujourd’hui canalisés, peuvent s’apprécier par exemple rue des Teinturiers.

L’on doit à cette période l’un des monuments avignonnais les plus célèbres, le fameux pont Saint-Bénézet, qui, à l’époque, est le seul ouvrage permettant le franchissement du Rhône depuis Lyon jusqu’à la Méditerranée.

Le porche de la cathédrale démontre une architecture religieuse de qualité, que l’on retrouve également sur le pourtour de la ville, dans l’abbaye de Saint-Ruf. Toutefois, si le plan de la ville romane est tout à fait lisible et fossilisé dans le centre ville actuel, il ne subsiste que peu d’éléments d’architecture civile en élévation. Les destructions opérées au XIIIe siècle, notamment après le siège de 1226 par les troupes royales, ont sans doute fait disparaître les maisons fortes les plus importantes.

Les chroniqueurs du XIIIe siècle décrivent Avignon comme une forteresse imposante. Ils l’appellent la « ville blanche », car les murs des maisons étaient de pierre calcaire, alors que les toitures étaient recouvertes de lauses.

avignon roman

avignon

Ville d'Avignon - Maison du Patrimoine et de l'Habitat - 20, rue du Roi René 84000 Avignon - © 2009